Alexandrie… Le nom de cette cité mythique évoque à lui seul l’essence de cette ville. Alexandrie est située sur la côte méditerranéenne de l’Egypte. Fondée par Alexandre le Grand, elle est sans doute la plus spéciale des villes du pays des pharaons. Ni européenne, ni complètement egyptienne, Alexandrie porte en elle l’ADN des villes méditerranéennes.

Une ville méditerranéenne convoitée

Si l’on devait choisir une ville modèle du bassin méditerranéen pour définir les autres, alors ce serait Alexandrie. Fondée en 311 av. J.C. par Alexandre le Grand, elle a été lr foyer d’une des villes les plus importantes de l’Antiquité avec une population atteignant le demi-million d’habitants. Alexandrie, depuis sa création a connu bien des occupations. Capitale de la dynastie des Ptolemées, elle est prise par Jules César en 47 av. J.C. puis passe sous domination romaine. Conquise au 7ème siècle par les Arabes, elle restera par la suite sous la domination de l’empire Ottoman, puis, au rythme de l’histoire de l’Egypte, française puis anglaise jusqu’à la révolution de 1952 et l’indépendance de l’Egypte.

Une architecture unique

Alexandrie porte en elle de l’ADN grec. Elle a complètement absorbée l’influence grecque. De nombreux Grecs habitaient d’ailleurs la ville jusque dans les dernières décennies et certains sont encore là. La Grèce est partout à Alexandrie. Sur les façades des cafés, dans l’architecture et surtout dans les vestiges antiques.

Si dans certaines rues, on pourrait facilement se croire à Athènes ou à Thessalonique, la ville nous rappelle vite à l’ordre. Alexandrie est en Egypte et l’influence arabe est aussi présente que l’influence grecque. L’architecture islamique la plus belle côtoie ici les immeubles Belle Epoque et les hôtels historiques de la Corniche, vestiges d’un temps où les touristes anglais passaient à Alexandrie de longs mois de villégiature.

La corniche et le centre historique

Alexandrie est construite sur le front de mer. Une corniche, longue de plusieurs kilomètres, relie les deux extrémités de la côte. C’est le cœur de la ville et le lieu de rencontre et de promenade principal.

Alexandrie se définit par sa corniche. Elle commence à l’emplacement du mythique phare de Pharos, aujourd’hui remplacé par la citadelle de Qaitbay, un remarquable exemple de citadelle mamelouk construite en 1477 et superbement restaurée au début des années 2000. Elle se termine avec les jardins de Montazah qui abritent une des résidences d’été du roi Farouk, un superbe palais malheureusement fermé au public. Entre ces deux points, c’est une succession de bâtiments à l’architecture 19ème qui abritent hôtels et cafés, mais aussi tous les bâtiments importants de la ville, du tribunal aux différents consulats ainsi que la nouvelle bibliothèque d’Alexandrie à l’architecture très moderne. Certains bâtiments, comme l’ancien consulat d’Italie, qui abrite aujourd’hui une banque (l’argent, toujours l’argent…), sont de véritables perles architecturales. De nombreux hôtels historiques jalonnent cette corniche parmi lesquels quelques noms sont restés célèbres, notamment le Cécil et le Métropole, proches de la gare de tramway Ramleh. Ces hôtels, s’ils ont accueilli les villégiatures des premiers touristes au début du 20ème siècle, ont aussi été les lieux emblématiques d’une époque aujourd’hui révolue, celle de la royauté, dont les Egyptiens, sublimée par le cinéma égyptien et dont on se souvient aujourd’hui avec nostalgie.

Une nostalgie cultivée

Le mot est lancé. Alexandrie est une ville où la nostalgie est cultivée. Les Alexandrins (rien à voir avec les poèmes !) sont très fiers de leur patrimoine et de ces lieux qui vous ramènent au siècle dernier. Du salon de thé Délices, dont les pâtisseries sont incontournables, au café Riviera qui fait encore les meilleures chichas à la pomme de la ville sur la corniche, autant de lieux, autrefois fréquentés par la haute société égyptienne qui n’ont pas changé et dont le charme un peu désuet les rend incontournables. Il faut dire que l’on s’y sent bien dans ces lieux chargés d’histoire. L’impression de nostalgie, loin d’être vécue négativement, nous ramène à une époque où la vie est perçue comme étant plus douce. Alexandrie, c’est un art de vivre, un art de prendre son temps et de profiter des petits plaisirs que la vie peut offrir. Un brin de fraîcheur venu du large quand la température ailleurs est assommante, un narghilé en terrasse en regardant l’animation de la corniche à la tombée de la nuit, des déambulations sans but au milieu des ruines qui nous rappellent que d’autres ont été là avant nous… Pour des sommes très raisonnables, il est possible de pousser l’expérience encore plus loin en séjournant dans un hôtel historique de la Corniche.

Une ville moderne en mouvement

Alexandrie c’est aussi la deuxième ville d’Egypte et une ville de plusieurs millions d’habitants. C’est aussi une ville jeune, dynamique dans laquelle les initiatives sont nombreuses et la jeunesse cultivée s’y retrouve dans les nombreux cafés et centres culturels. Loin de s’endormir sur son riche passé, la ville et ses habitants le mettent en valeur pour aller de l’avant. L’offre culturelle est très étoffée et les musées, notamment, sont particulièrement attractifs et innovants. Depuis peu par exemple, le site de Pharos accueille le premier musée sous-marin du monde. Accessible uniquement en équipement de plongée, il met en valeur les vestiges de l’antique phare qui fut une des sept merveilles du monde avant sa destruction il y a plusieurs siècles.

Vous l’aurez compris, difficile de décrire une telle ville en si peu de lignes. A titre personnel, Alexandrie est l’une de mes villes préférées parmi toutes celles que j’ai eu la chance de parcourir. C’est une ville dans laquelle on se sent bien. Et c’est suffisant !

Hotel Métropole

L’hôtel Paradise Inn Le Métropole à Alexandrie est un hôtel mythique. Construit pendant la Belle Epoque sur la corniche d’Alexandrie, destination très prisée des premiers touristes anglais, il bénéficie d’un charme et d’une situation indéniable.

Séjourner au Métropole, c’est faire un saut dans le temps, devenir un lord anglais en villégiature, le temps du séjour, se retirer du monde réel et vivre pleinement la fin du XIXème siècle. Vous avez vu Minuit à Paris de Woody Allen? Alors vous comprendrez ce que je veux dire.

Au Métropole, on est c’est en livrée qu’on vous accueille!  A la réception, trône littéralement le siège de cérémonie du roi Farouk que le propriétaire, passionné d’antiquités, a racheté. Les chambres sont magnifiques, bien équipées et agréables. Choisissez la vue sur la mer pour bénéficier du balcon et de la vue royale sur la baie d’Alexandrie.

Quand au petit déjeuner, pris dans la majestueuse salle de réception de l’hôtel, il mériterait à lui seul le détour. Royal, comme tout le reste!

Plus d’informations