Select Page

Dans le cœur du Caire…

Dans le cœur du Caire…

Si Le Caire a de multiples visages, au regard de la diversité incroyable qu’offre cette ville tentaculaire et fascinante, elle a surtout une âme unique, ancrée au plus profond d’elle même. Cette âme, vous la trouverez au cœur du Vieux Caire, quelques rues, un quartier, coincé entre les grandes artères encombrées du centre ville.

Entrée du Khan El Khalili

Une ville à apprivoiser

Atterrir au Caire, ville de près de 20 millions d’habitants, surpeuplée et polluée peut s’avérer une expérience déplaisante pour qui ne saurait dépasser sa première impression. Pour apprécier Le Caire, il faut passer par dessus ses défauts. Le Caire se mérite, la ville de Saladin ne se donne pas facilement au visiteur mais quand celui-ci fait l’effort de l’apprivoiser, la récompense est largement à la hauteur de la peine ! Passée la première impression, donc, le voyageur sera en mesure de voir la véritable nature de cette ville et d’en apprécier la beauté. Pour approcher son âme, ressentir le souffle vibrant de son histoire, il lui faudra faire un dernier effort et s’enfoncer dans les entrailles de cette cité millénaire jusqu’à approcher son coeur.

Dans la Mosquée El Azhar

Un patrimoine unique

Le coeur du Caire se situe autour dans le quartier autour d’une rue centrale qui traverse la veille ville d’une porte à l’autre. Cette rue, classée au patrimoine mondial de l’Unesco, regroupe à elle seule la plus grande concentration de chefs d’oeuvres architecturaux du monde islamique. Sur un peu plus d’un kilomètre, plus de soixante bâtiments et mosquées, construits entre 980 et 1850, rivalisent de splendeur. Autour de cette rue, l’une des plus vieilles du Caire, se trouvent plusieurs sites touristiques emblématiques, notamment le fameux Khan el Khalili, bazar médiéval dont il faudra pourtant s’éloigner pour découvrir les véritables merveilles que cette zone a à offrir. Cette rue porte le nom du quatrième calife de la dynastie des Fatimides qui ont régné sur l’Egypte entre 969 et 1171, il s’agit de la rue El Moez Eldin Allah. Elle s’étend de la Beb Al-Futuh , au Nord, à la Beb Zuweila au Sud. Ces deux portes d’entrée du Vieux Caire témoignent de l’importance des fortifications de la ville médiévale. A mi distance entre les portes, la célèbre mosquée El Azhar, construite en 980, se dresse, sobre et majestueuse. Elle fait face au Khan el Khalili, qui constitue la partie la plus touristique de cette zone dans laquelle vendeurs de souvenirs et tenanciers de cafés se disputent les visiteurs. Si la visite du Khan est un must pour la majorité des guides, elle n’est de loin pas la partie la plus intéressante, comme c’est souvent le cas, il convient de s’écarter au plus vite de ces zones d’attraction pour touristes en mal de selfies et, en parcourant quelques dizaines de mètres supplémentaires, on retrouve vite, non le calme car rien n’est calme au Caire, mais l’ambiance magique de la Rue El Moez.

Une ambiance particulière

Cet article est un hommage à une seule rue mais une rue, qui, à elle seule, justifie la traversée de la Méditerranée, le CO2 dégagé par le vol en avion, l’air pollué, le bruit et tous les inconvénients que l’on pourrait opposer à un tel voyage. Rien ne résiste à l’ambiance unique de cette rue. La beauté architecturale des bâtiments, véritable guide chronologique de l’architecture islamique, suffirait déjà à convaincre que le déplacement en vaut la chandelle. Nul besoin donc d’évoquer l’ambiance générale que l’on trouve dans cette rue. Les ambiances devrais je dire pour être précis, car il convient de s’y rendre à différents moments de la journée. Nul besoin de les évoquer et pourtant, je ne peux m’en empêcher. Décrire une ambiance est totalement subjectif et un exercice délicat. Vous commencerez sans doute par visiter la Rue El Moezz de jour, avant 15h de préférence, heure de fermeture des sites. Il vous faudra une grosse demi journée pour profiter de tous ces joyaux. Le soleil et la chaleur ne laissent dehors que les commerçants et les visiteurs. Vous pourrez donc apprécier l’architecture à loisir et profiter de la fraîcheur et du calme des mosquées pour assimiler les merveilles que vous venez d’admirer. Cependant, ce serait une erreur de s’arrêter à cette visite diurne. Bien sûr, épuisés et poussiéreux, repus de savoir et de découvertes, le calme de la chambre d’hôtel agira sur vous tel un aimant sur une pièce de monnaie. C’est pourquoi il faut plusieurs jours au Caire pour l’apprécier. Revenez Rue El Moezz avant la fin de votre séjour. Mais revenez y après le coucher du soleil, quand l’appel à la prière d’Isha, la dernière jour, du Muezzin d’El Azhar résonne dans les rues du Vieux Caire. C’est à ce moment là que le coeur du Caire commence à battre. La Rue El Moezz est, surtout depuis la révolution de 2011 et le départ des touristes étrangers, le lieu de rencontre des jeunes cairotes et un haut lieu culturel et artistique. Les monuments, remarquablement mis en valeur par un éclairage indirect, sont alors pris d’assaut par des familles venus assister à des spectacles gratuits, des amoureux qui profitent de l’obscurité pour se chuchoter des mots doux en se tenant la main ou des artistes en quête d’un public. C’est aussi un endroit prisé par la jeunesse cultivée qui voit dans ces lieux au passé glorieux, un moyen de s’évader d’un quotidien toujours plus difficile à supporter.

Senteurs d’Orient

C’est dans cette rue mythique que bat le coeur du Caire. Ici, le passé ne côtoie pas le présent, il le façonne. Ce quartier est un vestige mais un vestige vivant. Ne ratez pas ce joyau lors de votre prochain voyage en Egypte !

F

Fumer une Chicha dans un cadre exceptionnel

Au centre de la partie sud de la rue, se trouve le Visitor Center. Si le nom est à première vue assez rébarbatif, ne vous y fiez pas. Il s’agit en fait d’une ancienne tour, sur plusieurs étages des artistes y exposent leurs œuvres et vous pourrez profiter d’une pose dans un café aménagé dans la tour, dans le plus pur style oriental. Et, contrairement à ce que son nom pourrait laisser penser, pas de touristes… seulement des jeunes Cairotes qui viennent ici se retrouver entre amis. De plus, les prix sont nettement inférieurs au tarifs pratiqués dans les cafés du Khan el Khalili!


About The Author

Tous nos articles

Inscrivez Vous!

Retrouvez nous sur les réseaux sociaux!