Voyage à la Belle Epoque en Egypte…

L’Egypte a toujours été une destination touristique de premier lieu, et ceci dès le milieu du 19ème siècle.

Depuis l’expédition napoléonienne et le déchiffrage de la tablette de Rosette par Champollion, l’égyptologie est devenue la coqueluche de  nombreux aventuriers. Se sont joints à eux plusieurs aristocrates anglais, notamment, désœuvrés et à la recherche de notoriété. De la fin du 19ème siècle à la première guerre mondiale, l’archéologie en Egypte a connu ses heures de gloire. Des pyramides à la Vallée des Rois, les découvertes se sont succédé à un rythme effréné, sur fond de malédictions et de superstitions populaires. Cela faisait frémir dans les salons et il était de bon ton de se soigner avec de la poudre de momie tout en contemplant telle ou telle statuette provenant de la tombe d’un illustre pharaon ou d’une reine égyptienne. L’égyptologie était à la mode et l’Egypte fit vite partie du « Grand Tour », ce voyage initiatique que tout jeune aristocrate anglais qui se respecte se devait d’avoir effectué avant son entrée dans le monde.

Puis l’Egypte devint une colonie anglaise et les voyages furent facilités. On prenait l’habitude, entre une cure à Vichy et un séjour sur la Côte d’Azur, de venir passer une partie de l’hiver au chaud dans un des nombreux palaces égyptiens de l’époque. On y séjournait plusieurs semaines, voire plusieurs mois pour certains. L’Egypte a conservé, et a remarquablement mis en valeur cet héritage. Plusieurs de ces anciens hôtels de légende sont encore ouverts aujourd’hui. Bien sûr, le tarif y est relativement élevé si l’on se réfère au coût de la vie du pays en général. Pourtant, pour des hôtels 5 étoiles, véritables palaces au service digne d’un grand hôtel de l’arc lémanique, le prix des chambres reste très abordable. Et il est tellement plus agréable de visiter ce pays merveilleux et ses monuments plusieurs fois millénaires en séjournant dans l’ambiance chargée d’histoire de ces hôtels historiques que dans des hôtels de luxe du genre Hilton plus impersonnels les uns que les autres.

Commençons notre périple, logiquement, au Caire. Situé au pied des pyramides, le Mena House est une légende vivante. Construit en 1869, il s’agissait au départ d’un palais dans lequel le Khedive Ismail venait se reposer. Après la construction de la route des pyramides, réalisée spécialement pour la venue de l’impératrice Eugénie, ce palais prit de l’importance. Il trouve sa vocation actuelle en 1883 en devenant le Mena House Hotel. Depuis, il n’a cessé d’accueillir des hôtes plus ou moins illustres. Le bâtiment en lui-même est un chef d’œuvre. Entouré par un parc de plus de 16 hectares, au pied des pyramides, il constitue un havre de paix et de verdure au milieu de l’une des villes les plus peuplées du monde. Idéal pour se reposer d’une journée fatigante à arpenter les rues animées du vieux Caire. Le Caire est une ville tentaculaire, qui a tellement à offrir que j’y consacrerai d’autres articles. Impossible de résumer en si peu de lignes une ville dans laquelle l’histoire côtoie le présent dans chaque pierre de chaque bâtiment, dans laquelle le luxe côtoie une pauvreté et une détresse extrêmes, une ville qui ne dort jamais mais qui permet à celui qui s’y laisse emporter de vivre un rêve éveillé. Le Mena House est donc le premier palace à expérimenter. L’ambiance y est calme, et permet une transition en douceur entre l’Europe et le Moyen Orient dont l’Egypte est la porte d’entrée.

Après quelques jours au Caire, suivons les traces des premiers touristes et descendons vers le sud. Première étape, Louxor. Cette ville de la Haute Egypte est mondialement connue car elle abrite les tombes de la Vallée des Rois notamment, et le temple de Karnak. Peu de noms sont aussi évocateurs de rêves que ceux-ci… C’est aussi à Louxor que se trouve Deir el Bahari, le temple de la reine Hatchepsout. Pour ce qui est des lieux incontournables, ne ratez pas Deir el Medina. Peu connu, ce lieu est pourtant parmi les plus intéressants de la région. Il s’agit du village des artisans (la Place de vérité pour ceux qui ont lu Christian Jacq) qui travaillèrent dans les tombes de la Vallée des Rois et des Reines. Le village est encore très bien conservé et entouré par des tombes, celles des artisans, avec des peintures absolument remarquables. Louxor possède aussi un des hôtels les plus mythiques d’Egypte, le Winter Palace. Exploité par Sofitel actuellement, cet hôtel est un véritable bijou d’archéologie touristique. Dès les marches de l’escalier d’entrée, nous changeons d’époque. Construit en 1886 sur les berges du Nil, à 100 mètres du temple de Louxor, le Winter Palace a conservé l’ambiance Belle Epoque. Du portier en livrée aux fumoirs estampillés « Tenue correcte exigée », en passant par un luxuriant jardin tropical, tout est réuni pour vous dépayser complètement. Le service y est luxueux, c’est tout de même un 5 étoiles… Quant au prix, il correspond aux standards locaux. Pour dormir dans la chambre du roi Farouk ou dans celle d’Howard Carter, ce n’est vraiment pas cher !

Ces deux hôtels ne sont pas les seuls. Alexandrie et Assouan possèdent aussi de magnifiques hôtels historiques. Séjourner dans ces hôtels historiques permet de découvrir l’Egypte d’une autre manière, permet même de visiter une autre Egypte.  On est bien en Egypte, pas l’Egypte populaire telle qu’on peut la voir au quotidien, mais une Egypte qui n’existe plus que dans ces rares lieux, une Egypte qui vit dans le passé, dans la nostalgie d’une époque qui pour la plupart des égyptiens était plus raffinée, moins dure que l’époque actuelle.

Mena House Hotel

Construit à la fin du 19ème siècle, un exemple de raffinement et de calme en face des pyramides. A ne pas rater pour un séjour au Caire.

Plus d’infos

Sofitel Winter Palace

Un charme extraordinaire, une plongée dans le 19ème siècle. Un accueil formidable et un décor à couper le souffle. Ajoutez à cela le jardin tropical, le temple de Louxor à 100m et la gentillesse du personnel, vous serez proche de la perfection.

Plus d’infos

Laisser un commentaire